Mai… et c’est le mois de Marie avec la mémoire de Marie, Mère de l’Eglise au lendemain de la Pentecôte et avec la fête de la Visitation le 31. Cette mémoire de Marie, Mère de l’Eglise est récente (mars 2018). Elle nous donne de méditer sur « l’importance du mystère de la maternité spirituelle de Marie qui, dans l’attente de l’Esprit Saint à la Pentecôte (cf. Ac 1, 14), n’a jamais cessé de prendre soin maternellement de l’Église pèlerine dans le temps ». Réunie avec les apôtres et quelques femmes, on voit Marie appelant elle aussi de ses prières le don de l’Esprit qui, à l’Annonciation, l’avait elle-même prise sous son ombre. « Cette célébration nous aide à nous rappeler que la vie chrétienne, pour croître, doit être ancrée au mystère de la Croix, à l’oblation du Christ dans le banquet eucharistique et à la Vierge offrante, Mère du Rédempteur et de tous les rachetés », avait déclaré le cardinal Robert Sarah. La fête de la Visitation nous donne de contempler une rencontre entre deux femmes, Marie et sa cousine Elisabeth. Marie a reçu l’annonce de l’ange et la joie qui l’habite la conduit à visiter sa cousine, enceinte, elle aussi, pour lui partager cette Bonne Nouvelle. Les deux femmes sont à l’unisson et les deux enfants à naître le sont également et Jean Baptiste partage cette allégresse en tressaillant dans le sein de sa mère. Mystère d’une communion profonde entre ces deux femmes et entre leurs enfants. Et c’est de cette rencontre que jaillit le Magnificat que nous chantons chaque jour pendant l’office de vêpres. Avec Marie, que notre cœur exulte et que notre joie se chante dans nos propres Magnificat ! Mai… et c’est le mois de Marie avec la mémoire de Marie, Mère de l’Eglise au lendemain de la Pentecôte et avec la fête de la Visitation le 31. Cette mémoire de Marie, Mère de l’Eglise est récente (mars 2018). Elle nous donne de méditer sur « l’importance du mystère de la maternité spirituelle de Marie qui, dans l’attente de l’Esprit Saint à la Pentecôte (cf. Ac 1, 14), n’a jamais cessé de prendre soin maternellement de l’Église pèlerine dans le temps ». Réunie avec les apôtres et quelques femmes, on voit Marie appelant elle aussi de ses prières le don de l’Esprit qui, à l’Annonciation, l’avait elle-même prise sous son ombre. « Cette célébration nous aide à nous rappeler que la vie chrétienne, pour croître, doit être ancrée au mystère de la Croix, à l’oblation du Christ dans le banquet eucharistique et à la Vierge offrante, Mère du Rédempteur et de tous les rachetés », avait déclaré le cardinal Robert Sarah. La fête de la Visitation nous donne de contempler une rencontre entre deux femmes, Marie et sa cousine Elisabeth. Marie a reçu l’annonce de l’ange et la joie qui l’habite la conduit à visiter sa cousine, enceinte, elle aussi, pour lui partager cette Bonne Nouvelle. Les deux femmes sont à l’unisson et les deux enfants à naître le sont également et Jean Baptiste partage cette allégresse en tressaillant dans le sein de sa mère. Mystère d’une communion profonde entre ces deux femmes et entre leurs enfants. Et c’est de cette rencontre que jaillit le Magnificat que nous chantons chaque jour pendant l’office de vêpres. Avec Marie, que notre cœur exulte et que notre joie se chante dans nos propres Magnificat !

Mère Marie Christine

Tous Les Articles
×

Vous y êtes presque...

Nous venons de vous envoyer un e-mail. Veuillez cliquer sur le lien contenu dans l'e-mail pour confirmer votre abonnement !

OKAbonnements générés par Strikingly